INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Omloop het Nieuwsblad

Pasqualon 8ème malgré les crampes : « de bonne augure pour la suite »


Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux avait rendez-vous ce samedi avec la première course de la saison sur le sol belge à l’occasion du Circuit Het Nieuwsblad (1.WT), traditionnelle épreuve d’ouverture de la campagne des classiques flandriennes.


Partis depuis Gand, les sept coureurs de la World Team belge devaient accomplir 204 kilomètres pour rejoindre Ninove, avec sur leur chemin neuf secteurs pavés et treize côtes au cœur des Ardennes flamandes.


Après un début d’épreuve limpide, qui a vu une échappée de sept coureurs se dessiner, la course s’est décantée à hauteur du Wolvenberg alors que l’écart avec le groupe de tête oscillait autour de la minute. À 54 kilomètres de l’arrivée, Loïc Vliegen a initié un contre aux côtés de Vermeersch (Lotto) et Küng (FDJ), opérant la jonction sur la tête dix kilomètres plus tard.


Au sein du peloton, Dimitri Claeys et Aimé De Gendt ont tour à tour contrôlé les accélérations dans le Marlboroughstraat et le Leberg, permettant au groupe de tête au sein duquel figurait Loïc Vliegen de perdurer jusqu’au pied du Mur de Grammont.


Alors que Claeys (ennui mécanique) et Alexander Kristoff (chute) jouaient de malchance, l’Italien Andrea Pasqualon faisait partie du groupe d’hommes forts partis dans le Kapelmur, passant ensuite troisième au sommet du Bosberg, l’ultime difficulté de la classique, située à un peu plus de 10 kilomètres de l’arrivée.


Derrière Wout Van Aert, Pasqualon a rallié Ninove dans le premier groupe de poursuite et l’Italien a sprinté pour la deuxième place. Il termine huitième au bout de près de cinq heures d’efforts.


« J'ai senti que l’attaque de Van Aert dans le Bosberg était un moment clé de la course, mais je venais d’attaquer avec Benoot et il me fallait reprendre mon souffle pendant quelques secondes avant d’essayer de suivre Van Aert. Même avec l'aide de plusieurs coureurs en poursuite, il s'est montré trop fort. La chute malheureuse de Alexander Kristoff m'a ouvert la porte à une opportunité de sprinter pour le podium, mais je dois admettre que j’ai fortement payé de mes efforts. Suite à ma chute lors du Tour de l'Algarve la semaine dernière, j'ai également souffert de crampes, je dois donc me contenter de la huitième place. Ma présence dans ce groupe d’hommes forts dans la finale est de bon augure pour les prochaines classiques. En ce qui me concerne, ce sera le GP Le Samyn, où j’ai réussi à accrocher le podium la saison dernière. Cette semi-classique sera une belle opportunité pour notre solide équipe ! »

« Nous pouvons être assez satisfaits du résultat de Andrea Pasqualon et de notre prestation collective. Nous avons bien anticipé comme nous l’avions prévu, grâce à Loïc Vliegen qui a intégré la tête de course au moment des premières attaques. Cependant, notre journée aurait pu mieux se terminer si la malchance nous avait épargnée. C’est bien sûr le propre des classiques flandriennes, mais nous avons été confrontés à des contretemps à chaque échelon de course. Je pense surtout à la chute de notre leader Alexander Kristoff à l’approche du Mur de Grammont. Il a pu être aidé par Dimitri Claeys et Sven Erik Bystrom, eux-mêmes victimes d'un ennui mécanique, mais la victoire était déjà hors de portée. Malgré cela, je constate déjà après cette course d’ouverture que nous avons fait un pas en avant par rapport à l’an dernier et nous aurons à cœur de le démontrer encore demain sur Kuurne-Bruxelles-Kuurne, avec une sélection solide autour d’un Alexander Kristoff très motivé. »

Aike Visbeek (Performance Manager) Tweet

General Classification

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner