INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Paris-Tours

Danny van Poppel (5ème) et Andrea Pasqualon (8ème) émergent des vignes


Une semaine après avoir tâté les pavés marécageux de Paris-Roubaix, les coureurs de l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux avaient rendez-vous avec les chemins de vigne de Paris-Tours (1.Pro, 10/10) ce dimanche. Introduits sur le tracé lors de l’édition 2018, les neuf sentiers de terre étaient accompagnés de sept courtes ascensions, le tout réparti dans les 50 derniers kilomètres de l’épreuve.


Si la traversée depuis Chartres vers le premier secteur de vigne semblait dénuée d’obstacles sur le papier, le vent a incité la formation de bordures à 100 kilomètres de l’arrivée. Un groupe de 35 coureurs s’est détaché de l’avant-garde du peloton, reprenant l’échappée matinale de trois coureurs une dizaine de kilomètres plus tard. Parmi les coureurs présents dans ce premier échelon de course figuraient le sprinteur Danny van Poppel, vainqueur de Binche-Chimay-Binche mardi dernier, accompagné du Belge Loïc Vliegen.  


Un nouveau trio de tête s’est constitué à l’entame des secteurs de vignes, tandis que le groupe de poursuite se voyait renforcé d’une vingtaine de coureurs issus du peloton initial. Aux côtés de van Poppel et Vliegen, le Belge Tom Devriendt et l’Italien Andrea Pasqualon ont maintenu leur place dans le second échelon de course avant que la décision ne se fasse dans l’avant-dernier secteur de vigne de Peu Morier (1.6 km), le plus long du parcours.


Les dix kilomètres qui séparaient le dernier obstacle à la ligne d’arrivée ont donné lieu à une poursuite de quatre coureurs, de laquelle ont émané van Poppel et Pasqualon : les deux hommes rapides de la sélection dirigée par Hilaire Van der Schueren ont rallié Tours en cinquième et huitième positions respectivement. Le Néerlandais a ponctué son impressionnant cru 2021 avec un dix-septième top 5


« La course s’est décantée assez tôt aujourd’hui, et grâce à mon positionnement j’ai pu me maintenir dans le premier groupe. Comme je découvrais les sentiers viticoles de Paris-Tours pour la première fois, j’ai abordé les évènement avec vigilance pour me faire une idée de la difficulté. J’ai bien fait de me calquer sur les concurrents, en restant calme et patient, car la finale a donné lieu à une vraie course d’usure. Une fois la dernière montée franchie, j’étais convaincu de pouvoir à nouveau sprinter pour une place d’honneur. Cette cinquième place vient conclure en beauté une solide série de résultats depuis le Tour de France. Durant cette période, je suis monté en puissance mentalement et physiquement. L’équipe a constamment placé sa confiance en moi, en travaillant dur pour me permettre de jouer la victoire. Je suis heureux d’avoir pu récompenser mes coéquipiers par des victoires et de nombreux podiums, après un début de saison compliqué pour moi. Avec les jambes que j’ai et l’ambiance qui règne dans l’équipe, j’aurais aimé que cette saison dure un peu plus longtemps mais secrètement, il me tarde de prendre du repos dans les prochaines semaines. »

General Classification

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner