INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Vuelta a Espana

Eiking (10e): « Mélange de plaisir et souffrance »


Porteur du maillot rouge de leader du Tour d’Espagne (2.WT, 14/08-5/09) au lendemain de sa « miraculeuse » échappée, Odd Christian Eiking a pris le départ de la onzième étape en tête de cortège à Antequera. Relativement courte, cette étape de 133 kilomètres empruntait le même parcours que lors de l’édition de 2013, avec un final explosif dans la localité de Valdepeñas de Jaén, précédée de l’ascension du Puerto de Locubin (8,8 km à 5%).


Assumant la responsabilité de la course, l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux a uni ses forces avec les équipes de Roglic (Jumbo), double tenant du titre, et de Matthews (BikeExchange) afin de rendre la vie difficile aux cinq coureurs échappés. L’un d’entre eux cependant, Cort Nielsen (EF), a longtemps résisté. Le Danois réussissait à manœuvrer avec une avance sous la minute dans le Puerto de Locubin, alors que le groupe maillot rouge, où figuraient également Louis Meintjes, Rein Taaramäe, Jan Hirt et Simone Petilli, en était réduit à une quarantaine d’unités.


C’est dans la montée finale, un mur au cœur de Valdepeñas de Jaén, que la décision s’est faite. Après avoir avalé Cort, Roglic s’est imposé pour la seconde fois sur cette édition. Eiking, qui a brillamment géré son effort, a terminé en trombe et ferme le top 10, à 11 secondes du vainqueur. Le Norvégien portera donc la tunique de leader de la course une seconde journée de suite. Louis Meintjes, également présent parmi les meilleurs, termine 18ème de l’étape et se hisse à la 14ème place du classement provisoire.


Les hommes dirigés par Valerio Piva et Jean-Marc Rossignon partiront pour la douzième étape depuis Jaén, longue de 175 kilomètres. Après une longe traversée en portion descendante dans la phase initiale, les coureurs rallieront Cordoue une première fois, avant d’être confrontés à une montée de troisième et une de deuxième catégorie dans les 65 derniers kilomètres.


Cette journée était un mélange de plaisir et de souffrance. Je suis heureux, au bout de l’effort, de poursuivre ce rêve en rouge un jour de plus. C'était plus difficile que je l’imaginais, avec un fort vent arrière et le fait que plusieurs équipes voulaient à tout prix jouer la victoire d’étape. J’ai réussi à limiter la perte de temps et même accroché le top 10 au sprint, juste devant mon dauphin du classement général Guillaume Martin. Il était pour moi l’homme à surveiller aujourd’hui, en plus de Primoz Roglic. J’aborde cette course au jour le jour, avec l’aide de mon équipe, habité par la forte détermination de garder cette position le plus longtemps possible !

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner