INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Tour de France

Georg Zimmermann (6ème) s’échappe et sprinte pour la victoire


L’Allemand Georg Zimmermann a fièrement défendu les couleurs de l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux à l’avant de la course ce mardi, à l’occasion de la dixième étape du Tour de France. 

Au lendemain du second jour de repos, les coureurs partaient de Morzine et devaient accomplir trois ascensions relativement courtes avant d’entamer la longue montée finale vers l’altiport de Megève, où l’arrivée était jugée à 1435 mètres d’altitude. 

Disputant son second Tour de France avec la World Team, Zimmermann a fini par intégrer la bonne échappée de 25 coureurs et ce, après plus d’une heure de tentatives auxquelles ont également participé Sven Erik Bystrøm et Andrea Pasqualon. 

Une fois le groupe de tête constitué, l’écart s’est envolé au-dessus des six minutes à 50 kilomètres de l’arrivée, puis à plus de huit au pied de l’ascension vers Megève. 

Au moment d’entamer l’ultime difficulté, Zimmermann s’est lancé en duo dans une contre-attaque derrière le leader Bettiol, parvenant à effectuer la jonction et retrouver la tête de course avec onze autres coureurs à 9 kilomètres de l’arrivée.

Sans que personne ne puisse faire la différence dans un final tactique, ce groupe a finalement disputé la victoire au sprint, dans la dernière ligne droite en montée. Au bout de l’effort, Zimmermann obtient la sixième place.

Un an auparavant, c’était aussi au prix d’une échappée que Zimmermann avait décroché un top 10 sur la Grande Boucle, terminant huitième à Libourne après un effort de 200 kilomètres aux avant-postes.

« J’avais coché cette dixième étape en rouge dans le road-book. Parce que le parcours me convenait bien, mais aussi parce que ma famille était présente sur les routes. Entendre les encouragements de mes neveux au milieu de la foule, sur la route de la plus belle course du monde, était quelque chose de fantastique. Je suis heureux que le caractère offensif dont j’ai fait preuve depuis le début du Tour soit récompensé aujourd’hui avec une présence dans le groupe de tête. » « Après une première moitié de course intense, nous avons profité de la vallée qui menait vers la montée finale pour prendre un second souffle et réfléchir à la stratégie. Le groupe de tête était conséquent, j'étais sur le qui-vive et je voulais éviter de courir avec un temps de retard. J'ai donc adopté un comportement proactif et je suis passé à l’attaqué à deux reprises. Cela m'a coûté de l'énergie, mais cette approche m’a finalement permis de sprinter pour la victoire. » « Arriver au sprint face à des coureurs comme Magnus Cort est loin d’être idéal, et même si j'espérais faire mieux que sixième, je suis fier de ce que j'ai réalisé dans une telle étape de montagne sur le Tour de France, car j’ai puisé très loin dans mes réserves. Les 15 secondes que j'ai concédées dans les 300 derniers mètres me motivent à continuer mon travail acharné, et me poussent à progresser dans l’optique de me rapprocher encore plus de la victoire à l'avenir. »

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner