INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Tour de France

Louis Meintjes deuxième au sommet de L’Alpe d’Huez


Louis Meintjes a pris la deuxième place au terme de la quatorzième étape du Tour de France, disputée ce jeudi, qui était considérée comme l’étape reine de l’épreuve avec trois ascensions Hors Catégorie, dont une montée finale à travers les célèbres lacets de L’Alpe d’Huez. 

En ce 14 juillet, fête nationale française, l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux a dynamité le début de course avec un festival d’offensives. Le Belge Kobe Goossens a été le premier coureur à attaquer dans un groupe de cinq, qui s’est rapidement détaché du peloton.

Dans les pentes du Galibier, premiers des trois colosses au menu du jour, ses coéquipiers Louis Meintjes et Georg Zimmermann se sont lancés en contre-attaque, et le Sud-Africain a fini par opérer la jonction avant le sommet. 

Goossens et Meintjes représentaient ainsi la World Team au sein du nouveau groupe de tête de neuf coureurs, dont l’avance était de cinq minutes au pied du Col de La Croix de Fer. Au sommet de cette interminable ascension de 29 kilomètres, seuls quatre coureurs restaient en tête de course aux côtés de Meintjes.  

Bénéficiant d’une avance de six minutes au pied de l’Alpe d’Huez, troisième et dernière difficulté du jour, ce quintet s’est disputé la victoire dans les pentes de l’ascension finale. Après une accélération de Pidcock à 10 kilomètres de l’arrivée, Meintjes s’est battu en poursuite jusqu’au bout, pour finalement franchir la ligne en deuxième position.

Louis Meintjes décroche ainsi le deuxième podium de l’équipe sur ce Tour après Taco van der Hoorn, également deuxième au prix d’une échappée à Arenberg-Wallers. Sa performance lui permet d’effectuer un nouveau rapproché au classement général et d’occuper provisoirement la 13ème place au terme de cette onzième étape. Au classement de la montagne, Meintjes est deuxième avec 39 points, soit quatre de moins que le porteur du maillot à pois Geschke.

« Je suis à la fois heureux et déçu de terminer deuxième. Je suis déçu car je ne suis pas passé loin de rendre cette journée encore plus incroyable, la différence entre deuxième et premier est énorme sur le Tour. Mais je suis malgré tout heureux car j’ai démontré mes capacités à la face du monde. Ce matin, notre plan était de partir à l’offensive avec Kobe et moi-même. Kobe a été le premier à partir, mais à cause d'une chute dans le peloton, je n'ai pas pu réagir immédiatement pour le rejoindre. Le peloton semblait satisfait de cette situation, c'est alors que Georg Zimmermann et moi avons uni nos forces pour partir en contre-attaque. De cette façon, nous avons réussi notre mission. » « J’aurais espéré un groupe de tête plus important, mais au final, nous avons bien collaboré. Kobe s'est assuré que l’écart soit le plus important possible en passant de gros relais. Nous avons abordé l’Alpe d’Huez avec une belle avance. Pendant un temps, je suis resté délibérément à distance de Pidcock pour le forcer à se livrer pleinement. Car si je faisais directement la jonction avec lui, on se serait peut-être observés et sans doute aurait-il essayé d’accélérer, et c’est un scénario qui lui est plus favorable. Au final, il était tout simplement le plus fort. Cette journée à l’avant m’a permis de gagner des places au général. C’est quelque chose qu’il faudra prendre en compte dans les prochains jours. Nous discuterons avec la direction sportive sur la bonne stratégie à adopter. Nous étions à nouveau proches de remplir l'un de nos grands objectifs de la saison, nous allons continuer d'essayer. »

« Je considère l'étape pavée vers Arenberg et cette étape alpestre vers l'Alpe d'Huez comme deux des étapes les plus importantes de ce Tour de France. Dans chacune d’elles, nous sommes arrivés deuxièmes. Ce qui est frustrant d'une part, car nos coureurs méritaient la victoire, mais d'autre part, cela me confère un grand sentiment de fierté. Surtout parce que ces exploits ont été le fruit d’un travail en équipe. Aujourd’hui, nous avions deux coureurs dans le groupe de tête avec Kobe Goossens, rejoint ensuite par Louis Meintjes avec l’aide de Georg Zimmermann. » « Attaquer avec Louis Meintjes, et de préférence en compagnie de Kobe Goossens, c’était notre plan. Notre jeune grimpeur belge veille à protéger Louis depuis le Grand Départ au Danemark. Nous savions que cette étape constituait une belle opportunité pour reprendre du temps au classement. Et en équipe, nous accompli un fameux effort pour permettre cette situation favorable. Louis a ensuite saisi sa chance à deux mains. C’est dommage que Tom Pidcock ait pu rejoindre le groupe de tête dans la descente du Galibier, car il a ainsi dépensé moins d’énergie pour opérer la jonction, ce qui lui a sans doute été précieux dans la montée finale. »

Aike Visbeek (Performance Manager) Tweet

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner