INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Tour de France

Louis Meintjes n’a rien lâché et remonte au général


Avec seulement 130 kilomètres, la dix-huitième étape du Tour de France disputée ce jeudi – la dernière en montagne – promettait d’être intense. Après une première moitié de parcours relativement plate, les coureurs devaient gravir le Col du Tourmalet (17 km à 7,4%), monument de la Grande Boucle, et enchaîner avec la montée de Luz-Ardiden (13.4 km à 7,5%), qui accueillait la troisième arrivée au sommet de cette 108ème édition.


Après avoir quitté Pau, plusieurs coureurs semblaient avoir pris leurs distances avec le peloton, mais celui-ci a accéléré à l’approche du sprint intermédiaire de Pouzac, précédant le Tourmalet. Les fuyards ne disposaient ainsi que d’une minute d’avance au pied du col classé Hors-Catégorie. Dans le groupe maillot jaune, les coureurs de l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert étaient unis autour de Louis Meintjes, 15ème du classement général.


Renforcée par plusieurs contre-attaquants, l’échappée est malgré tout parvenue à franchir le sommet du Tourmalet avec une faible avance. En bas de la longue descente, le groupe maillot jaune en était réduit à une trentaine d’unités. C’est l’équipe INEOS qui emmenait ce groupe à l’heure d’aborder l’ascension finale de Luz-Ardiden.

Distancé à 8 kilomètres du sommet, Louis Meintjes ne s’est pourtant jamais résigné. Préservant un rythme constant jusqu’au sommet, le Sud-Africain a remonté de nombreux concurrents et rallié à l’arrivée en 15ème position, 1 minute 43 après le vainqueur Pogacar (UAE). Ce faisant, il remonte une fois de plus au classement général, et occupe la 14ème place à l’issue de cette dix-huitième étape.

Le rythme du peloton était très intense du début jusqu’à la fin, je ne crois pas que nous ayons connu un moment de répit aujourd’hui. Je me fiais à mes sensations et à la puissance que je développais, et tous les signes étaient rassurants, y compris dans la dernière ascension. Certes, j’ai perdu le contact suite à la vive accélération peu après le début de la montée vers Luz-Ardiden, mais j’ai bien calibré mon effort jusqu’au sommet. Ma performance me fait remonter d’une place au général, ce dont je me réjouis bien sûr, mais je tiens à souligner que rien n’est joué. J’aime à penser que l’étape de demain ne sera pas décisive pour le général et qu’il ne me reste que le contre-la-montre, mais il faut être vigilant. Tant que la ligne n’est pas franchie, tout peut arriver sur le Tour de France.

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner