INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Vuelta a Espana

Rossignon et Van Melsen à la Vuelta : « Cela dépasse nos rêves »


Au départ de la Vuelta vers Saint-Jacques-de-Compostelle, ils n’oublient pas le chemin déjà parcouru depuis le début du siècle. Cumulant près d’une quarantaine d’années d’histoire au sein du projet Intermarché-Wanty-Gobert, le directeur sportif Jean-Marc Rossignon (depuis 1997) et Kevin Van Melsen (depuis 2009) sont prêts à écrire un nouveau chapitre de l’histoire de l’équipe qui aborde son tout premier Tour d’Espagne. « Cela dépassé complètement tous mes rêves », explique Rossignon, qui a entamé son parcours avec le VC Ath en 1997. « J’avais intégré le comité du club local d’Ath avec Yves Lessens, à l’époque nous comptions une quinzaine de coureurs. Jean-François Bourlart nous a rejoint en 2001, et nous tournions avec 300.000 francs belges de budget (soit environ 7.500€). Accéder à la Top Compétition était déjà une fameuse étape, mais je n’aurais jamais cru que nous arriverions au sommet de la pyramide du cyclisme. A titre personnel, c’est aussi une fameuse fierté car ma maman est originaire des Asturies. »


Kevin Van Melsen se souvient quant à lui de la signature de son premier contrat avec la structure hennuyère, à l’aube de la saison 2009 alors qu’elle abordait sa seconde saison avec le label Continental sous l’appellation Verandas Willems. « Il s’agissait du projet le plus structuré en Wallonie. Le VC Ath était déjà une référence en Top Compétition parmi les équipes de clubs. Je savais que Jean-François avait l’ambition d’intégrer le circuit professionnel, donc il s’agissait d’une belle étape dans ma carrière. Je me souviens d’avoir immédiatement débuté sur l’Etoile de Bessèges avec pour sprinter Stefan Van Dijk. L’équipe n’a jamais cessé d’évoluer depuis. A titre personnel, je me suis toujours bien senti dans l’équipe qui a toujours été reconnaissante de mon travail. Je suis heureux d’avoir accompagné ce projet à un tel niveau. Je suis fier d’avoir franchi toutes ces étapes avec l’équipe, en passant Conti Pro en 2011 puis en disputant de nombreuses classiques et le Tour de France en 2019, une édition magique et inoubliable avec le Grand Départ de Bruxelles. »


Plus de 20 ans plus tard, Intermarché-Wanty-Gobert a désormais intégré l’UCI World Tour et peut participer aux trois grands tours. « Un monde d’écart », insistent Rossignon et Van Melsen. « Certains ne se rendent pas compte d’où on vient », relève le coureur liégeois de 34 ans. « On est venu de presque rien, avec de petits moyens. Je me souviens des premières courses, avec un vieux camion atelier rouge, un ancien camping car conduit par un bénévole, … Désormais, nous avons deux bus, de nombreux véhicules, six vélos par coureur, … Jean-François Bourlart a réussi à faire évoluer la structure à un niveau presque inespéré. »


« C’est finalement la continuité du travail amorcé chez les jeunes et les Espoirs », prolonge le directeur sportif lessinois de 55 ans. « Je savais que Kevin avait les qualités pour devenir un bon coureur professionnel, mais je ne m’étais jamais imaginé que nous nous retrouverions dix ans plus tard ensemble au départ de la Vuelta. Il a déjà démontré lors de sa participation au Tour de France qu’il est plus qu’un coureur de classiques, donc je l’attends sur cette Vuelta à l’attaque et au service de ses leaders. »


Qu’espérer, dès lors, de cette première participation à la Vuelta ? « Collectivement, une victoire d’étape », répondent-ils. « Les dernières semaines nous ont rassuré », affirme Rossignon. « L’équipe est prête pour ce troisième Grand Tour de l’année. Nous voulons chasser une victoire d’étape en restant fidèle à notre esprit offensif dans les échappées. Et Louis Meintjes peut aborder le classement général sans pression. » Van Melsen fera donc partie des candidats à l’offensive. « Je ne veux plus rouler sur la réserve comme lors du Tour 2019 », souligne le baroudeur belge. « Je ne savais pas à l’époque comment mon corps allait réagir à trois semaines d’effort et je voulais rallier Paris. Cette fois, je serai moins dans la retenue et je profiterai des opportunités collectives pour prendre les échappées, sans oublier de protéger mes leaders lorsque je serai au sein du peloton. Je suis en tout cas impatient d’entamer le deuxième grand Tour de ma carrière, car ma préparation fut idéale avec un stage de préparation en juillet à la Toussuire avant le Tour de Wallonie et la Clasica San Sebastian. »


RESULTS

General Classification

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner