INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Vuelta a Espana

Taaramäe perd brutalement le rouge, sur chute


La cinquième étape du Tour d’Espagne (2.WT, 14/08-5/09) disputée de Tarancón à Albacete fut nerveuse dans le final. Le peloton, sous l’impulsion des Intermarché-Wanty-Gobert, a d’abord laissé une échappée de trois hommes compter un avantage maximal de sept minutes avant d’accélérer l’allure à l’approche d’Albacete. Les 30 derniers kilomètres s’annonçaient nerveux, avec un vent de côté mais dont la faible puissance n’a finalement provoqué aucune cassure. Alors qu’on semblait se diriger vers un sprint massif sans encombre, une chute massive a coupé le peloton à douze kilomètres de l’arrivée. Rein Taaramäe n’a pu éviter la chute, et s’est longuement retrouvé au sol avec son coéquipier Kévin Van Melsen (qui souffre de nombreuses contusions mais repartira ce jeudi). Le maillot rouge a pu repartir après de longues dizaines de secondes d’immobilisation au sol, mais le train imposé à l’avant de la course ne lui a permis de revenir malgré l’aide de ses coéquipiers. Taaramäe concède finalement plus de deux minutes au vainqueur d’étape Jasper Philipsen et se voit déposséder du maillot rouge par Kenny Elissonde. Blessé superficiellement, Taaramäe pourra cependant repartir ce jeudi avec le maillot à pois de meilleur grimpeur pour la 6e étape de 158,3 kilomètres entre Requena et l’Alto de Cullera (1,9km à 9,4%).


Une chute s’est produite devant moi, alors que j’étais positionné dans la première moitié du peloton. J’ai presque pu l’éviter, mais je me suis finalement retrouvé au sol et de nombreux coureurs me sont tombés dessus. J’ai dû attendre longtemps avant de pouvoir me relever et repartir. C’est dommage de perdre le maillot de cette façon, mais cela fait partie de la course. Heureusement, je m’en sors sans blessure. Hier, je suis tombé dans les trois derniers kilomètres. Aujourd’hui, j’ai été plus malchanceux. Mais je ne suis pas triste. Je préfère toujours garder le sourire et retenir cette victoire d’étape et ces deux journées magiques en rouge. J’ai désormais le maillot à pois sur les épaules, cela pourrait devenir un objectif pour la suite de cette Vuelta. Ou tenter de conquérir une autre étape.

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner