INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Vuelta a Espana

Taaramaë triomphe et prend les commandes du général


Ce lundi, Rein Taaramäe a fait briller les couleurs d’Intermarché-Wanty-Gobert sur la troisième étape de la Vuelta a España (2.WT, 14/08-05/09). Le peloton s’élançait de Santo Domingo de Silos pour 202 kilomètres en direction du Picon Blanco où était jugée la première arrivée au sommet de ce Tour d’Espagne. Une échappée de huit hommes incluant Rein Taaramäe s’est détachée dans la première heure de course, laissant l’équipe du maillot rouge Jumbo-Visma contrôler le peloton. L’écart a culminé jusqu’à 9 minutes, laissant apercevoir la victoire d’étape pour le groupe de tête. A l’approche de l’ascension finale (7,6km à 9,1%), le groupe a commencé à se désolidariser mais l’avantage dépassait encore les quatre minutes. Rein Taaramäe a toujours suivi les attaques de ses compagnons d’échappée, avant de se défaire de Kenny Elissonde puis de Joe Dombromski pour se diriger vers la victoire d’étape dans les trois derniers kilomètres. L’Estonien 34 ans s’impose finalement avec 21 secondes d’avance sur Dombromski et prend la tête du classement général avec 25 secondes d’avantage sur Kenny Elissonde. Pour Intermarché-Wanty-Gobert il s’agit de la deuxième victoire d’étape sur un grand Tour, après le succès de Taco Van der Hoorn sur la troisième étape du Tour d’Italie. Ce mardi, Rein Taaramäe défendra son maillot rouge sur 163,9 kilomètres plats de Burgo de Osma vers Molina de Aragon.


Cette victoire n’est pas totalement inattendue, car je me sens en excellente forme depuis plusieurs semaines. J’ai eu une préparation idéale au Sazka Tour (3e) et j’arrivais en confiance sur cette Vuelta. Hier soir, dans la voiture sur le retour vers l’hôtel, je discutais avec mon directeur sportif Valerio Piva et nous avions établi un plan d’attaque. J’ai de la chance d’avoir pu compter sur son intelligence et d’avoir intégré l’échappée car nous savions que Jumbo laisserait peut-être filer la tête du général. Je suis tellement heureux de m’imposer ici, dix ans après ma première victoire d’étape sur la Vuelta. J’ai déjà gagné au Giro et à la Vuelta, mais je n’ai jamais eu l’honneur de porter le maillot de leader. Au Giro, je ne suis pas passé loin le quatrième jour lorsque Dombrowski a gagné l’étape. Depuis, je n’ai pas cessé de penser à cet objectif. A 34 ans, il ne me restait pas beaucoup d’opportunités pour réussir, donc je me suis élancé ce matin avec une mission claire. Le groupe de tête était très costaud et je savais que Dombrowski et Elissonde seraient mes plus grands concurrents. Ce n’est pas la première fois que je me retrouvais dans cette situation, donc j’ai pu bien gérer en restant confiant. Il restait à voir si le peloton visait la victoire d’étape ou non. Gagner ici est fantastique, et je compte bien profiter du maillot rouge et me battre pour le garder aussi longtemps que possible.

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner