INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Benelux Tour

Taco van der Hoorn s’échappe, résiste et s’impose


Le Néerlandais de l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux, déjà vainqueur au terme d’une échappée sur le Tour d’Italie, a réitéré l’exploit ce mercredi, à l’occasion de la troisième étape du Benelux Tour. Constituée de cinq autres coureurs dans les premiers kilomètres, l’échappée de van der Hoorn n’a pourtant jamais bénéficié d’une marge de manœuvre importante, l’écart maximal n’atteignant même pas les 3 minutes.


Sur un parcours intégralement plat, les équipes de sprinteurs avaient toutes les chances pour se disputer les honneurs à Hoogerheide, à l’issue des 168 kilomètres. C’était sans compter sur la vaillante résistance du groupe van der Hoorn, qui avait pourtant perdu une unité à 95 kilomètres de l’arrivée.


Le quintet a constamment bataillé contre l’avant-garde du peloton, et leur parfaite collaboration faisait perdurer l’écart aux alentours de la minute à 10 kilomètres de l’arrivée. Une avance suffisante pour tenir en respect le peloton et se disputer la victoire dans un sprint à cinq. Taco van der Hoorn a lancé son puissant effort à 200 mètres de l’arrivée, sans que personne ne puisse le remonter. Il décroche ainsi son deuxième succès sur l’épreuve et son deuxième également cette saison. Danny van Poppel a pris la huitième place de l’étape, prenant la troisième place du sprint du peloton.


C’est tellement gratifiant lorsqu’un plan aboutit ! En analysant le parcours, il m’a semblé que les routes étroites rendaient cette étape propice à une échappée. Je m’attendais cependant à ce que celle-ci se forme sur des routes larges, et non pas sur les routes étroites du début d’étape. Grâce au travail de mes équipiers, j’ai pu être devant au bon moment et accrocher le bon wagon. Quand on s’attarde sur la composition de l’échappée, le peloton aurait dû savoir qu’il y avait des gros moteurs capables de mettre à mal les chances des sprinteurs. Tactiquement, nous avons également bien joué le coup, en roulant à un rythme soutenu dans la phase initiale mais en gardant suffisamment sous la pédale pour la fin. Les relais étaient fluides et la charge de travail était équitablement répartie. J’avais planifié d’exploiter une portion dans le dernier kilomètre pour attaquer, mais Batistella avait pris ma roue. Je ne pensais pas pouvoir m’imposer dans ce sprint à cinq. Grâce à un bon timing et une bonne trajectoire, j’ai réussi à m’imposer ! Je suis très heureux !

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner