INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Brussels Cycling Classic

Taco van der Hoorn s’impose au prix d’un numéro dans l’échappée


Une fois de plus, Taco van der Hoorn s’est illustré par son jusqu’au-boutisme et son abnégation sur la Brussels Cycling Classic (1.Pro), et fini par s’imposer au terme d’une échappée de 185 kilomètres.

Le Néerlandais avait flairé le bon coup en début de course, rejoint dans son épopée par neuf autres coureurs. Ces fuyards ont pu compter jusqu’à huit minutes d’avance à la mi-course, une avance qui n’a ensuite cessé de se réduire sous les accélérations du peloton dans les Ardennes flamandes.

Un double passage du Mur de Grammont, du Bosberg et du Congoberg devait ainsi être accompli dans la deuxième moitié du parcours de 200 kilomètres. Attentifs en tête de peloton, les coéquipiers de van der Hoorn ont neutralisé plusieurs tentatives de contre, et abordé les difficultés bien placés.

Au sortir de ce double enchaînement, soit à 40 kilomètres de l’arrivée, le groupe Taco van der Hoorn disposait de deux minutes d’avance sur un peloton d’une trentaine d’unités, au sein duquel figuraient Aimé De Gendt et Alexander Kristoff.

Une poursuite haletante a animé la dernière heure de course, l’écart passant sous la minute à 10 kilomètres du terme. Finalement, les fuyards ont tenu la dragée haute jusqu’au bout, et Taco Van Der Hoorn a été le premier à porter son attaque sous la flamme rouge.

Contré par Thimo Willems et Tobias Bayer, le Néerlandais s’est dressé sur ses pédales pour ensuite reprendre ses concurrents, et finir par déborder le premier cité à 50 mètres de la ligne. Ce faisant, van der Hoorn décroche sa première victoire de la saison, la treizième de l’équipe en 2022.

Il permet à la World Team d’être représentée sur le podium pour la deuxième édition consécutive, un an après la deuxième place de Aimé De Gendt sur ce même tracé. Vainqueur du sprint du peloton, Alexander Kristoff a pris la neuvième place, son cinquième top 10 en sept participations.

« Aujourd’hui, j’effectuais mon retour à la compétition après une période d'entraînement en altitude avec l'équipe en Andorre. Mon rôle était d’être utile à l’équipe dans le but de remporter la victoire. Les sensations étaient bonnes dans l’échappée, nous avons accéléré le rythme afin d’aborder le premier passage du Mur de Grammont avec une avance conséquente. J’ai cependant insisté auprès de mes compagnons d’échappée qu’il fallait rester soudés et de ne pas trop en faire dans les ascensions. » « Sur le chemin du retour vers Bruxelles, l’équipe et moi avons réfléchi à la stratégie à adopter. Sachant que je n’étais pas pleinement convaincu que le groupe de tête puisse tenir et que la carte d’Alexander Kristoff était une bonne option. Finalement, nous avons choisi de tout donner dans l’échappée et de chercher à se débarrasser des coureurs rapides à l’avant. Dans le dernier virage, j’ai porté mon accélération en espérant creuser un écart, ce qui s’est effectivement produit, Tobias Bayer et Thimo Willems ont ensuite pris ma roue. J'étais complètement vidé quand Thimo a fait le trou à son tour, mais au final j'ai su puiser loin dans mes réserves  pour le dépasser juste avant la ligne d'arrivée. »

General Classification

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner