INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Tour de France

Kristoff et Meintjes pour briller sur le Tour de France


La formation Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux s’appuiera sur une sélection équilibrée, balancée entre les chasseurs d'étape et le classement général pour la 109ème édition du Tour de France, qui s’élance ce vendredi de Copenhague (Danemark). Le noyau de huit hommes sera emmené par l'ancien champion d’Europe, quadruple vainqueur d'étape et porteur du maillot jaune Alexander Kristoff, épaulé par les expérimentés Adrien Petit et Andrea Pasqualon pour les arrivées massives, tandis que les baroudeurs Sven Erik Bystrøm, Taco van der Hoorn et Georg Zimmerman tenteront de flairer les bonnes échappées entre les étapes de montagne, où le Sud-Africain Louis Meintjes ambitionne de renouer avec le top 10 final, avec le soutien du Belge Kobe Goossens. Cette sélection sera dirigée dès le Grand Départ par Aike Visbeek, Hilaire Van der Schueren, Steven De Neef et Pieter Vanspeybrouck.

SELECTION 
Alexander Kristoff effectuera son retour au Danemark, où il est devenu champion d’Europe en 2017, pour entamer son neuvième Tour de France. À son actif, le Norvégien compte quatre victoires d’étape, toutes acquises au sprint. En 2020, son succès lors de l’étape inaugurale à Nice lui avait offert l’honneur de porter le maillot jaune. En 2018, il s’était imposé sur l’Avenue des Champs-Elysées. Au total, Kristoff a terminé parmi les cinq premiers d’étape à plus de 30 reprises.  

Pour négocier les arrivées groupées, le Norvégien pourra compter sur ses deux acolytes du train de sprint Adrien Petit et Andrea Pasqualon, qui comptent chacun trois participations au Tour de France. L’Italien Pasqualon s’est notamment classé huit fois dans le top 10 sous les couleurs de l’équipe wallonne. Le Français Petit, sixième de Paris-Roubaix et troisième du GP de Denain, évoluera à deux pas de sa ville d’Arras lors de la cinquième étape entre Lille et Arenberg, dont le premier secteur pavé de Villers-au-Tertre porte son nom.

Le Sud-Africain Louis Meintjes a rallié Paris à trois reprises, deux fois à la huitième place au classement final (2016, 2017) et à la quatorzième place l’an dernier sous les couleurs de la World Team. Ce vendredi, il évoluera sur le sol danois pour la toute première fois en tant que coureur professionnel, au sortir d’un mois de juin fructueux avec, outre sa victoire sur le Giro dell’Appennino , une sixième place au classement final du Critérium du Dauphiné et de la Mercan’Tour Classic.

Kobe Goossens et Taco van der Hoorn feront leurs débuts dans La Grande Boucle. Pour tous les deux, il s’agira de leur deuxième Grand Tour. La saison dernière, van der Hoorn s’était illustré dans les échappées du Tour d’Italie, remportant une retentissante victoire d’étape à Canale, tandis que Kobe Goossens s’était révélé sur les routes de la Vuelta en 2020, en obtenant la 24ème place du classement final.

Sven Erik Bystrøm et Georg Zimmermann comptent tous les deux une participation au Tour à leur actif. L’Allemand de 24 ans avait découvert l’épreuve l’an dernier avec l’équipe belge, et malgré une blessure au poignet causée par une chute lors du premier jour, il a rallié Paris avec un top 10 d’étape acquis deux jours plus tôt à Libourne suivie une semaine plus tard par son premier succès chez les pros sur les routes du Tour de l’Ain.

"Nous avons opté pour une sélection équilibrée entre les chasseurs d'étape et le classement général. Nous aurons des ambitions dès la première semaine, avec un noyau axé autour d'Alexander Kristoff, soutenu par Andrea Pasqualon et Adrien Petit, qui aura de belles cartes à jouer au sprint ou sur les étapes du Nord. Avec des garçons comme Zimmerman, van der Hoorn ou Bystrøm, nous resterons fidèle à notre tempérament offensif car nous connaissons leurs qualités de baroudeurs et nous savons que les opportunités seront multiples. Enfin, en haute montagne, nous nous appuierons sur Louis Meintjes, qui a réalisé un excellent début de saison et confirmé ses bonnes dispositions avec sa sixième place au Critérium du Dauphiné, épaulé par le jeune belge Kobe Goossens qui découvrira le Tour de France." "Il s'agit déjà de notre cinquième participation au Tour de France, donc je me réjouis de vivre ce Grand Départ à Copenhague. Nous avons pu goûter au succès sur les routes du Giro et de la Vuelta, donc notre équipe Intermarché-Wanty-Gobert se présente avec de grandes ambitions sur ce Tour de France. La chasse à la victoire d'étape est notre premier objectif, et nous disposons de candidats sur tous les terrains. Ensuite, nous tenterons de rentrer pour la première fois dans le top 10 final du Tour, en négociant solidement la montagne." 

Jean-François Bourlart (CEO) Tweet

PARCOURS 
Du vendredi 1 au dimanche 24 juillet, la 109ème édition du plus grand événement cycliste au monde transitera par quatre pays. Les vingt-et-une étapes du Tour de France 2022 sont réparties comme suit : deux contre-la-montre individuels, six étapes de plat, sept étapes vallonnées et six étapes de montagne dont cinq arrivées au sommet

Le Grand Départ se tiendra au Danemark, la caravane du Tour débarquera ensuite en France pour la quatrième étape, fera un détour par Binche (Belgique) et la Suisse avant d’exploiter les massifs des Alpes et des Pyrénées. La Grande Boucle se clôturera par la traditionnelle étape en ligne sur les Champs-Élysées.

Le contre-la-montre individuel de 13 kilomètres dans les rues de Copenhague constitue le plus septentrional Grand Départ de l’histoire de l’épreuve. S’ensuivent deux autres étapes dans le pays nordique, au milieu des fjords exposés au vent, avant une journée de transfert permettant la première escale dans l’Hexagone. C’est à Dunkerque que débarquera le peloton lors de la quatrième étape, avec une entrée accidentée dans le Nord de la France.

Pour la première fois depuis quatre ans, les coureurs seront confrontés à 19,4 kilomètres de secteurs pavés entre Lille et Wallers-Arenberg, pour une cinquième étape inspirée de Paris-Roubaix. Le lendemain sera une journée à la saveur particulière pour Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux car la ville de Binche, où bat le cœur de l’équipe belge, sera ville-départ de la plus longue étape de cette 109ème édition, rejoignant la Côte des Religieuses de Longwy après 220 kilomètres.

L’arrivée de la septième étape n’est pas non plus sans rappeler au bon souvenir de la formation belge. La Super Planche des Belles Filles, où Xandro Meurisse avait décroché la troisième place en 2019, sera le théâtre des premières explications dans les hauteurs des Vosges. Ensuite, les coureurs feront leur entrée dans les Alpes par deux étapes escarpées en Suisse, précédant la deuxième journée de repos.

La deuxième semaine débute par une traversée de la Haute-Savoie avec une arrivée sur l’Altiport de Megève, au bout de 21 kilomètres d’ascension. Le lendemain, au cœur des Alpes, le peloton devra gravir le Col du Télégraphe, le Col du Galibier, avant d’arriver en haut du Col du Granon à l’issue de la onzième étape. Trônant à 2642 mètres d’altitude, le Col du Galibier fait non seulement office de point culminant de cette 109ème édition, mais il figure à nouveau le lendemain sur une étape tout aussi haletante, celle du 14 juillet. Cette fois, il précède le Col de La Croix de Fer et un final à l’Alpe d’Huez.

Avant l’entrée dans les Pyrénées, deux étapes de transition et une arrivée accidentée à Mende précèdent la dernière journée de repos. Une étape dédiée aux baroudeurs à Foix prélude deux étapes copieuses dans le massif pyrénéens : Peyresourde et Hautacam seront les quatrième et cinquième arrivées au sommet de cette édition, chacune précédée de plusieurs autres difficultés mythiques du Tour, telles que le Col d’Aspin, l’Aubisque ou Val Louron-Azet. 

Les sprinteurs pourront se départager à Cahors à l’occasion de la dix-neuvième étape, avant un contre-la-montre individuel de 40 kilomètres dans le Lot, censé entériner la lutte pour la victoire au classement général, et la traditionnelle étape de clôture dans la capitale. 

« Après une solide première partie de saison, nous avons hâte de nous aligner sur le Tour de France avec un groupe de coureurs motivés et en parfaite condition. Chacun des membres de notre sélection a prouvé ses capacités sur un Grand Tour par le passé, et cette expérience sera l'un de nos atouts. Nous avons mis sur pied une stratégie pour atteindre nos objectifs, à savoir remporter notre première victoire d’étape sur le Tour et amener Louis Meintjes dans le top 10 à Paris. Nous sommes préparés à de multiples scénarios. Je pense notamment à la première semaine difficile, de nombreux facteurs influenceront le déroulement de l’épreuve, tels que les conditions météo ou la force du vent. La préparation a été idéale, nous avons organisé plusieurs reconnaissances, le matériel a fait l’objet de nombreux tests. Une partie du groupe a déjà profité des bienfaits de notre récent stage en altitude. Tous les ingrédients sont réunis pour que nos huit coureurs puissent porter haut les couleurs de l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux sur ce Tour. »

Aike Visbeek (Performance Manager) Tweet

« Nous sommes très motivés dans l’espoir d’obtenir la première victoire d’étape de l’équipe sur le Tour de France. Pour négocier les sprints, je pourrai compter sur un solide train avec Adrien Petit et Andrea Pasqualon. L’étape des pavés le cinquième jour sera importante pour l’équipe, car elle correspond à nos forces en présence. Nous ne serons pas loin de notre service course, nous avons effectué plusieurs reconnaissances donc nous connaissons bien le parcours. Ce pourrait être une bonne opportunité pour moi, Adrien Petit qui évolue sur ses terres mais aussi Taco van der Hoorn ou Andrea Pasqualon qui ont également participé à notre prestation collective mémorable sur le dernier Paris-Roubaix. Bien que la distance soit beaucoup moins longue que sur l’Enfer du Nord, il faudra rester concentré à tout moment car la nervosité sera au rendez-vous. »

« Je suis en forme. Je viens d’obtenir le meilleur résultat de ma carrière sur le Critérium du Dauphiné et j’ai aussi gagné sur le Giro dell’Appennino, ma première victoire en sept ans. La préparation s’est donc déroulée parfaitement, j’aborde ce Tour avec confiance. La première semaine sera un défi pour moi, avec le vent et l’étape des pavés. Mais nous avons une équipe solide pour gérer ces dangers, nous avons aussi fait plusieurs reconnaissances et testé le matériel. Il faudra avoir aussi la chance de son côté pour négocier la première semaine de la meilleure façon possible. Une fois cette première semaine passée, nous pourrons affiner notre stratégie dans l’optique de décrocher le meilleur classement général à Paris. Peut-être, comme l’an dernier, cela signifiera participer à des échappées. Tout dépend bien sûr des circonstances le moment venu, mais nous sommes préparés à adapter notre approche pour atteindre l’objectif final d’un top 10 à Paris. »

« L’opportunité d’épauler Alexander Kristoff vers la victoire sur ce Tour de France a été pour moi une intense source de motivation dans l’optique de disputer un Grand Tour pour la première fois depuis 2017. J’ai hâte de retrouver les routes du plus grand événement cycliste du monde, qui plus est à Copenhague, dont je garde des souvenirs fantastiques. En 2011, c’est ici que suis devenu vice-champion du monde avec les Espoirs derrière mon compatriote Arnaud Démare, que j’avais lancé pour le sprint. » « Ensemble, avec Alexander Kristoff et Andrea Pasqualon, nous avons régulièrement discuté de ce Tour, nous avons ciblé une dizaine d’étapes qui pourraient nous convenir. Notre train de sprint a pu développer ses automatismes, chaque course disputée ensemble était importante en vue de ce grand objectif. Nous avons analysé chacun de nos sprints et tous ces enseignements nous aideront à nous rapprocher de la victoire sur ce Tour. En plus de mon rôle auprès d'Alexander, je serai en soutien de Louis Meintjes dans les étapes délicates, pour le protéger du vent ou le positionner au pied des ascensions. » « Je sais que je vais entamer trois semaines exigeantes, mais par rapport à mes participations précédentes, je peux compter sur beaucoup plus d'expérience. La cinquième étape, entre Lille et Wallers-Arenberg, sera particulière pour moi. D’abord parce qu’elle passe non loin de chez moi, mais en plus le premier secteur pavé porte mon nom depuis la semaine dernière. C’est quelque chose d’exceptionnel sur le Tour de France, d’autant plus pour un coureur encore en activité. Je suis sûr que je serai porté par mon fan club ce jour-là, et que ce sera une expérience inoubliable. »

« J'attends avec impatience mes débuts sur le Tour de France. Mes coéquipiers qui y ont participé m’ont décrit cet évènement planétaire comme très spécial, et je suis très heureux de pouvoir le découvrir par moi-même au cours des trois prochaines semaines. Notre saison a très bien commencé et je suis convaincu qu'avec cette équipe nous pourrons continuer sur notre lancée dans ce Tour. Avec Alexander Kristoff et Louis Meintjes, nous avons deux solides leaders pour le sprint et le classement général. En plus de mon rôle en soutien de ces deux leaders, je veux viser une victoire d'étape dans les échappées. Les chances de remporter une étape sur un Grand Tour sont minces, mais elles existent. Je l'ai prouvé l'an dernier sur le Giro. Je veux essayer d’y parvenir et ce, dès le début de ce Tour ! »

« C’est un rêve d’enfant qui se réalise pour moi. Le Tour de France est la course la plus prestigieuse qui soit, c’est un accomplissement pour tout jeune cycliste qui souhaite évoluer au plus haut niveau. Cela témoigne de la confiance que l’équipe porte en moi depuis mon arrivée. J’ai reçu la chance en début de saison de démontrer ce dont je suis capable, et j’ai obtenu de bons résultats. Lors de la Vuelta 2020, mon premier Grand Tour, j’ai prouvé que je pouvais tenir sur trois semaines et j’ai terminé 24ème. Cette expérience me sera précieuse, elle m’a par exemple appris comment gaspiller le moins d’énergie sur certaines étapes, et mieux récupérer. Ici, mon rôle sera d’être le meilleur soutien possible auprès de Louis Meintjes dans l’optique d’un bon classement général à Paris. Peut-être pourrai-je saisir des opportunités pour prendre l’une ou l’autre échappée, mais ma priorité sera d’accompagner Louis.  »

Stage 1 (01/07): Kopenhagen – Kopenhagen (13km) (= TT) 
Stage 2 (02/07): Roskilde – Nyborg (200,2km)
Stage 3 (03/07): Vejle – Sonderborg (182km)
Stage 4 (05/05): Dunkerke – Calais (171,5km)
Stage 5 (06/07): Lille Metropole – Arenberg Porte du Hainaut (153,7km)
Stage 6 (07/07): Binche – Longwy (219,9km)
Stage 7 (08/07): Tomblaine – Planche des Belle Filles (176,3km)
Stage 8 (09/07): Dole – Lausanne (186,3km)
Stage 9 (10/07): Aigle – Châtel (192,9km)
Stage 10 (12/07): Morzine – Megève (148,1km)
Stage 11 (13/07): Albertville – Col du Granon Serre Chevalier (151,7km)
Stage 12 (14/07): Briançon – Alpe d’Huez (165,1km)
Stage 13 (15/07): Le Bourg d’Oisans – Saint-Etienne (192,6km)
Stage 14 (16/07): Saint-Etienne – Mende (192,5km)
Stage 15 (17/07): Rodez – Carcassonne (202,5km)
Stage 16 (19/07): Carcassonne – Foix (178,5km)
Stage 17 (20/07): Saint-Gaudens – Peyragues (129,7km)
Stage 18 (21/07): Lourdes – Hautacam (143,2km)
Stage 19 (22/07): Castelnau-Magnoac – Cahors (188,3km)
Stage 20 (23/07): Lacapelle-Marival – Rocamadour (40,7km) (= TT)
Stage 21 (24/07): Paris La Défense Arena – Champs-Elysées (115,6km)

RESULTS

General Classification

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner