INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Paris - Roubaix

Tom Devriendt (4ème) offre le meilleur résultat de l’équipe sur un Monument


Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux a ponctué sa campagne des classiques de le plus belle des manières ce dimanche à l’occasion de la 119ème édition Paris-Roubaix (1.UWT), la plus rapide de l’histoire (45,8 km/h de moyenne). Tenant toutes ses promesses, l’enfer du Nord s’est décanté dès la première heure de course à la suite d’un coup de bordure, provoquant la scission du peloton en deux.

Avant même le premier des trente secteur pavés, la World Team belge disposait de quatre hommes dans le premier groupe ; Andrea Pasqualon, Tom Devriendt, Baptiste Planckaert et Kévin Van Melsen. Au bout de plus de trois heures de poursuite et après les dix premiers secteurs, le regroupement entre les deux pelotons s’est finalement opéré à environ 100 kilomètres de l’arrivée.

Entretemps, Tom Devriendt s’était isolé en tête de course aux côtés de quatre autres coureurs qui semblaient finalement composer « l’échappée » de cette 119ème édition. Le Belge de 30 ans était le premier coureur à sortir de la Trouée d’Arenberg, tandis que le peloton fortement aminci comportait encore six coureurs Intermarché-Wanty-Gobert à la sortie de ce secteur clé.

L’avantage de l’échappée Devriendt est monté à deux minutes avant qu’un groupe de contre-attaque naisse à 55 kilomètres de l’arrivée, à hauteur du secteur 13 de Auchy. Dans ce groupe d’une dizaine d’hommes, Adrien Petit était accompagné de Taco van der Hoorn jusqu’à ce que le Néerlandais soit victime d’une crevaison quelques kilomètres plus tard.

Suite à l’accumulation des secteurs et des ennuis mécaniques de ses concurrents, Tom Devriendt s’est retrouvé seul en tête de Paris-Roubaix à 40 kilomètres de l’arrivée. Son épopée à l’avant de la course, longue de plus de 100 kilomètres, a perduré jusqu’au secteur de Mons-en-Pévèle. Le Belge s’est ensuite accroché au groupe emmené par Wout Van Aert jusqu’au vélodrome, lui permettant de sprinter pour la deuxième place.

En franchissant la ligne en quatrième position, Tom Devriendt offre le meilleur résultat de l’histoire de l’équipe sur un Monument. Son coéquipier Adrien Petit, auteur d’une course tout aussi impressionnante d’abnégation, a obtenu la sixième place. Premier coureur Français à l’arrivée, il obtient son meilleur résultat sur l’épreuve en onze participations.

Seule équipe à placer deux hommes parmi les dix premiers, Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux est également représentée par quatre autres coureurs dans les vingt-cinq premiers, grâce à Alexander Kristoff (12ème), Taco van der Hoorn (16ème), Andrea Pasqualon (19ème pour sa première participation) et Baptiste Planckaert (23ème). Devenu papa pour la deuxième fois en début de semaine, Kévin Van Melsen a achevé son troisième Paris-Roubaix en 56ème position.

« C'est LE jour de ma vie ! Une quatrième place dans un Monument, c'est complètement fou ! En adoptant une course offensive, en anticipant, j'ai pu garder une longueur d'avance sur la première partie du peloton. En même temps, j’ai pu éviter de nombreuses chutes sur les premières secteurs pavés. Quand j'ai vu Matej Mohoric accélérer à une centaine de kilomètres de la fin, je n'ai pas hésité un instant à prendre sa roue. Nous étions les plus forts du groupe de tête et c'est dommage de ne plus avoir pu bénéficier de ses relais en raison de sa crevaison. Quand je me suis retrouvé seul en tête de course, j'ai adapté mon coup de pédale de sorte à pouvoir profiter d’encore suffisamment d’énergie au moment d’être rejoint par les favoris. C’était la première fois que je concourais pour la victoire sur un telle classique et je suis allé au bout de moi-même. J’ai surtout connu un moment difficile lorsque Dylan van Baarle a passé son relais, il me restait encore deux secteurs pavés à survivre. Dans la finale, j’étais complètement absorbé par l’enjeu et je vivais dans l'instant. Ce n'est qu'au dernier kilomètre que j'ai réalisé : j'étais en lice pour un top 5 sur Paris-Roubaix. J'ai tout donné dans le sprint et je suis tellement content de ce résultat ! »

« J'ai donné le meilleur de moi-même et je suis tellement heureux de cette sixième place. Elle s'inscrit dans une performance remarquable de l'équipe, à commencer par Tom Devriendt. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour rester dans le premier groupe de poursuite derrière mon coéquipier, sur le vélodrome j’étais confiant en cas d’arrivée au sprint car je me suis toujours imposé les années précédentes pour aller décrocher la place d’honneur. Après mes neuvième et dixième places sur les éditions précédentes, c’est un sentiment fantastique de se rapprocher du podium de cette épreuve qui signifie tellement pour moi ! »

 « Je suis particulièrement fier de ce que nos coureurs ont accompli aujourd'hui ! Tom Devriendt affichait une excellente condition ces dernières semaines et même si participer à un final d’un Monument était nouveau pour lui, il a réalisé une course sans faute. Aux côtés d’Adrien Petit, Taco van der Hoorn était selon moi en lice pour un top 5 mais à l’image d’Alexander Kristoff, il a joué de malchance aujourd’hui. Ces excellents résultats, on les doit entre autres à la confiance que les coureurs ont placé en notre plan et le matériel. Nous avons énormément investi dans la préparation, en consacrant par exemple beaucoup de temps pour reconnaître le parcours et tester la pression des pneus. Avec les mécaniciens et les entraîneurs, nous avons établi une stratégie détaillée qui a abouti à une performance collective extraordinaire. »

Aike Visbeek (Performance Manager) Tweet

General Classification

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner