INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Druivenkoers Overijse

Troisième podium consécutif sur le sol belge


L’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux était au départ ce jeudi à Overijse pour la Course des raisins (1.1, 26/08), qui empruntait une partie du tracé des prochains mondiaux sur route. Composé de deux grandes boucles, le parcours de 192 kilomètres comprenait le Lanestraat (1 km à 4%) dans la phase initiale, et des difficultés comme le Smeysberg (0.7 km à 6%) ou encore le Moskesstraat (0.5 km à 7,8%) dans la seconde moitié, à accomplir à trois reprises.


Huit coureurs ont tout d’abord animé le début de course. À un peu moins de 100 kilomètres de l’arrivée, ces hommes comptaient à peine un peu plus d’une minute d’avance sur le peloton. Les explications entre favoris se sont déclenchées après le deuxième passage de la Bekestraat (0.4 km à 8,3%), Remco Evenepoel (Deceuninck) était parvenu à faire la différence dans le Smeysberg, se retrouvant seul en tête à 60 kilomètres de l’arrivée.


L’une des seules formations en charge de la poursuite, un temps interrompue par un incendie déclaré sur le parcours, Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux disposait de Bianim Girmay Hailu et Aimé De Gendt au sortir du dernier passage de la Moskestraat, dans un groupe d’une dizaine de coureurs. Face à l’équipe Deceuninck en surnombre, les hommes de Hilaire Van der Schueren sont parvenus à décrocher un nouveau podium sur le sol belge, le troisième en autant de course, par l’intermédiaire de Aimé De Gendt (3ème), sorti dans la finale. Juste derrière, Biniam Girmay termine septième de l’épreuve, moins d’une minute après le vainqueur Evenepoel.


Je suis un coureur satisfait d’être sur le podium, car cette troisième place était sans doute le meilleur résultat possible face à une telle concurrence. Avant que la course ne soit neutralisée par l'incendie, comme les autres équipes, nous étions bien organisés et concentrés sur la finale. La neutralisation a malheureusement tout désorganisé et la poursuite s’est muée en une série d'attaques. D’un côté, c'était désavantageux, car les chances de reprendre Evenepoel diminuaient considérablement. De l’autre, j'étais content de la situation, car j’avais besoin d’une contre-attaque pour décrocher une place d'honneur. Je me sentais bien et je suis heureux d'être récompensé par ce podium !

General Classification

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner