INTERMARCHÉ
WANTY GOBERT

Brussels Cycling Classic

Un weekend de Pentecôte rythmé par trois classiques belges


En raison du décalage de la Brussels Cycling Classic, traditionnellement organisée en septembre, un long weekend de classiques belges attend l’équipe  Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux. Quatorze coureurs représenteront la World Team lors de ce weekend de Pentecôte à l’occasion de la Heistse Pijlsamedi, la Brussels Cycling Classic dimanche et le Ronde van Limburg lundi.

Pour dimanche, le tracé de la Brussels Cycling Classic (1.Pro) emmènera les coureurs sur des difficultés bien connues des adeptes des classiques flandriennes. Comme l’an dernier, la seconde moitié de course présente un double passage sur le Mur de Grammont, le Bosberg et le Congoberg. C’est dans cette portion vallonnée que Aimé De Gendt s’était illustré lors de l’édition précédente, prenant la deuxième place au terme des 200 kilomètres, devancé par le seul Remco Evenepoel.

Lorsque l’épreuve exploitait un tracé favorable aux sprints massifs, Alexander Kristoff avait terminé parmi les quinze premiers lors de chacune de ses six participations, avec la quatrième place comme référence. Le Norvégien effectuera son retour sur le sol belge depuis son succès au Grand Prix de l’Escaut début avril, avec à ses côtés Dimitri Claeys, Aimé De Gendt, Quinten Hermans, Adrien Petit, Taco van der Hoorn et Loïc Vliegen.

« Je viens de boucler le premier Tour d'Italie de ma carrière dimanche dernier. Depuis que je suis rentré de Vérone, j’ai laissé mon ressenti dicter le rythme d'entraînement. J’ai hâte de courir à nouveau sur mes montées favorites dans les Ardennes flamandes, pour ce qui sera ma première course en Belgique depuis le Grand Prix de l’Escaut. Après avoir terminé le Tour de France en 2019, j’avais attendu plus de deux semaines avant de courir à nouveau, je suis donc curieux de savoir comment mon corps va réagir cette fois. » « La saison dernière, j’avais accompagné Remco Evenepoel sur le podium de la Brussels Cycling Classic, deux jours après l’avoir fait sur la Course des raisins. Je m’attendais à son attaque sur le Mur de Grammont, je savais qu'il fallait que le suivre pour avoir une chance de gagner. Ce dimanche, le Mur jouera à nouveau un rôle décisif en raison de la rapide succession avec le Bosberg et le Congaberg. Sachant qu’il restera 45 kilomètres à franchir après cette dernière difficulté, toutes les équipes agiront en fonction de leurs éléments présents aux avant-postes. Pour notre équipe, plusieurs scénarios peuvent nous sourire. Notamment, une course d'usure n’est pas pour nous déplaire car si un sprint devait décider de la victoire par la suite, cela jouerait en la faveur d’Alexander Kristoff. »

RESULTS

General Classification

SHARE ARTICLE

Facebook
Twitter
LinkedIn
WhatsApp
Email
GDPR Cookie Consent with Real Cookie Banner